BOUVIER AUSTRALIEN @antrellemoi
Elevage passionné familial sélectionné
Proche Le Mans - Sarthe 72



Un bon Australien est inscrit au LOF et issu de parents dépistés pour les tares de santé

Bouviers Australiens @antrellemoi - Michèle NIGAY - 06 84 04 01 86

Animaux de travail et de compagnie - Chiots LOF testés - Parents dépistés pour les tares de santé - Sans consanguinité
 
Tout mauvais mariage pratiqué avec les chiots d'Antrellemoi sera signalé sur le net ET dénoncé auprès des tribunaux français compétents.

Standard de race du Bouvier Australien
 

AUSTRALIAN NATIONAL KENNEL COUNCIL



Copyright: Australian National Kennel Council 2009 (Traduction CF-BAK – D.Macle)

Aspect général

 
L’aspect général est celui d’un chien de travail fort, compact, harmonieusement construit, qui a la capacité et le désir d’accomplir la tâche qui lui est dévolue,aussi pénible soit elle. Sa substance, sa puissance, l’équilibre de ses formes et la qualité de ses muscles doivent concourir à donner une impression de grande agilité,de force et d’endurance. Toute tendance à paraître lourdaud ou à manquer de substance constitue un défaut grave.
 
Le chien devrait être jugé dans son ensemble.De cette façon, la structure du corps spécifiée par le standard devient une partie intégrale du type, tout comme le style de tête. Les deux aspects sont essentiels dans l’évaluation du chien par rapport au standard.
« Si aucun chien n’est parfait, un individu avec une belle tête mais des défauts en morphologie manque autant de typicité qu’un chien avec un excellent corps mais une mauvaise tête
. » Un Bouvier Australien typique devrait être moyen ou supérieur au niveau de la tête et du corps, en plus de son tempérament si caractéristique. Plus il est proche de la perfection, au niveau de la tête, le corps et les allures, plus il est supérieur en type.
 
Caractéristiques

Comme son nom l’implique, la fonction première de ce chien dans laquelle il n’a pas son pareil, est de contrôler et de conduire le bétail,
que ce soit dans de vastes espacesou sur des surfaces restreintes. Il est toujours en éveil, extrêmement intelligent, vigilant, courageux et digne de confiance son dévouement absolu pour ce qu’il a à accomplir en fait le chien idéal.
 
Caractère

 
La fidélité du Bouvier Australien et son instinct de protection en font le protecteur tout trouvé du gardien de bestiaux, de son troupeau et de ses biens. Tout en étant méfiant envers les étrangers, il doit être docile, en particulier dans le ring d’exposition. Tout trait, dans son caractère ou dans sa structure, étranger à la nature du chien de travail doit être considéré comme un défaut grave.
 
Le Bouvier Australien devrait apparaître vif, intelligent, fidèle et prêt à défendre son maître et ses biens, mais il doit à tout instant respecter la volonté de celui-ci. A notre époque un comportement indiscipliné dans le ring est inexcusable chez n’importe quelle race.
Etant donné la force de la mâchoire du Bouvier Australien, il est trop dangereux de présenter des individus incontrôlables ou agressifs dans le ring.
 
Tête

 
La tête est forte, doit être en harmonie avec les autres proportions du chien et correspondre à sa conformation générale. Le crâne est large et légèrement convexe entre les oreilles. Il devient plus plat en se dirigeant vers le stop léger, mais net. Les joues sont musclées, ni grossières ni proéminentes avec une mâchoire inférieure forte épaisse et bien développée. Le museau est large et bien rempli sous les yeux, il s’amenuise graduellement pour former un chanfrein de moyenne longueur, haut, puissant, parallèle à la ligne du crâne.
Les lèvres sont serrées et bien dessinées, la truffe noire.
 
La taille du crâne offre la structure idéale pour la musculature de la tête lui permettant de talonner fort.
Un chien avec trop de stop risque de se faire blesser par le coup de sabot d’un bovin. Pour cette même raison son museau doit se limiter à une longueur moyenne. Afin de lui permettre de pousser le bétail et de talonner efficacement, celui-ci doit être large, tandis que sa mâchoire doit être forte, épaisse et bien développée, avec des lèvres serrées pour éviter les blessures. Le nez est noir, quelle que soit la couleur du chien.
Il est absolument essentiel d’avoir un bon type de tête.
 


Yeux
 
Les yeux doivent être de forme ovale et de dimensions moyennes, ni proéminents ni enfoncés dans les orbites.
Ils doivent exprimer la vivacité et l'intelligence. A l'approche des étrangers, il est caractéristique d'y voir une lueur d'avertissement ou de méfiance. L'œil est de couleur marron foncé.

Quatre variables déterminent l’expression : forme, placement, couleur et taille. Les yeux devraient être en forme d’amande, de taille moyenne et marron foncé avec une lueur de méfiance dans le regard. Les yeux doivent être bien espacés offrant une bonne visibilité au chien. Les yeux trop proéminents sont courants chez les chiens avec un museau trop court, qui peuvent être blessés par les coups de pieds ou par la végétation. Des yeux enfoncés attirent la poussière.
 
Oreilles

 
De taille modérées, plutôt petites que grandes, larges à la base, musclées, dressées, modérément pointues, ni en forme de cuillère ni en forme d’oreilles de chauve-souris. A l’attache, elles sont bien écartées. Elles s’inclinent vers l’extérieur. Elles sont sensibles au moindre bruit et se dressent quand le chien est attentif. Le pavillon doit être épais et l’intérieur de l’oreille assez bien garni de poils.
 
Les oreilles larges ne sont pas caractéristiques de la race. Selon le standard elles devraient être petites, ou à défaut de taille moyenne. Les oreilles doivent être dressées et bien espacées sur le crâne pour permettre au chien de bien capter les ordres de son maître. Les poils à l’intérieur des oreilles repoussent la poussière et la végétation, protégeant l’ouïe.
 
Dents
 
Les dents sont saines, fortes et régulièrement espacées ; elles présentent un articulé en ciseaux, les incisives inférieures s’articulent derrière les supérieures qu’elles ne font que toucher. Comme on demande au chien de faire avancer le bétail récalcitrant en le mordillant aux jarrets,
il est très important que les dents soient saines et fortes.
 
Si la description concernant la dentition ressemble à celle de la plupart des races, le standard de l’Australian Cattle Dog souligne la force. Etant donné que le chien doit pouvoir talonner avec une certaine puissance, une dentition imparfaite doit être pénalisée.
 
Dentition

Cou

 
Le cou est extrêmement fort, musclé, de longueur moyenne, il s’élargit pour se fondre avec le corps, il est exempt de fanon.
 Ce style d’encolure est nécessaire pour offrir un équilibre au reste du chien, à partir du moment où sa structure est puissante et musclée.
L’aspect global de la race doit être celui d’un chien compact, solide et travailleur. Un chien avec une encolure trop courte pourra moins facilement s’approcher des bovins pour les talonner. Ce défaut doit être pénalisé.

 
  
Les membres
 
Membres antérieurs

 
Les membres antérieurs ont une ossature forte et ronde jusqu’aux pieds. Ils doivent être bien droits et parallèles vus de face. Les épaules sont fortes, obliques, musclées, bien angulées par rapport aux bras et pas trop rapprochées au somment du garrot. Bien que l’épaule soit musclée et l’ossature forte, l’épaule chargée et le devant lourd sont une gêne pour la correction du mouvement et limitent l’aptitude au travail.
Le métacarpe est souple et vu de profil, forme un angle léger par rapport à l’avant-bras.
 
La partie supérieure de la jambe devrait rejoindre l’épaule à un angle proche de 90°, ce qui permet une certaine souplesse quand le chien est en mouvement. Celle-ci est nécessaire pour un chien de travail qui doit parcourir des grandes distances et qui doit travailler pendant de longues heures. Les membres antérieurs, quelque soit l’angle d’observation, devraient être musclés, propres, ainsi que bien charpentés. De face, ils devraient être droits, mais de profil, les métacarpes devraient former un léger angle. Cet angle permet d’absorber le choc issu des membres antérieurs. Néanmoins un angle trop prononcé se traduit par des carpes fragiles, tandis que des métacarpes trop droits causent une action discordante qui fatigue l’intégralité de la partie antérieure du chien. Ce type de morphologie n’est pas adapté à des conditions difficiles de travail.
 
 
Les membres antérieurs du Bouvier australien
 
 
Membres postérieurs 

 
Les membres postérieurs sont larges, forts et musclés. Les cuisses sont longues, larges et bien développées. Le grasset est bien angulé et le jarret est fort et bien descendu. Vus de derrière, les postérieurs, du jarret au pied, sont droits et parallèles, ni serrées ni trop ouverts.
 
Les membres postérieurs offrent de la force au chien. Quand ils sont faibles, étroits ou fuselés, ils réduisent la puissance du mouvement et la capacité de tourner rapidement pour éviter le danger. Les grassets doivent être bien angulés pour une meilleure propulsion et mobilité, mais ne devraient pas être aussi angulés que ceux d’un Berger Allemand. Les jarrets de vaches ou les jarrets arqués sont des défauts importants.

Membres postérieurs du Bouvier australien

Pieds

 
Les pieds doivent être ronds et les doigts courts, forts, bien cambrés et serrés. Les coussinets sont durs et épais.
Les ongles doivent êtres courts et forts.
 
Un pied serré et rond, est puissant et fonctionnel. Les coussinets doivent être épais pour absorber les chocs et pour protéger le pied. Un chien avec des pieds conformes usera ses griffes naturellement quand il se dépensera sur des sols durs. Un chien de travail avec de mauvais pieds ne peut pas travailler pendant de longues heures car ses pieds finiront par lui faire défaut.

 
  
Les pieds du Bouvier australien
    
Corps

 
La longueur du corps, de la pointe du sternum à la pointe de la fesse, est supérieure à la hauteur au garrot dans la proportion 10/9. La ligne de dos est horizontale, le dos fort, les côtes, sont biens cintrées et développées à l’arrière, mais ne sont pas en cercle de tonneau. La poitrine est bien descendue, musclée et de largeur modérée, avec une croupe longue et inclinée et des flancs bien descendus.
 
Il s’agit d’une race qui doit pouvoir tourner rapidement pour talonner ou pour éviter le danger. Un chien dont le corps est trop long perd de la rapidité. Une ligne de dos qui n’est pas horizontale est généralement associée avec de mauvaises angulations et des faiblesses anatomiques diminuant la force et l’endurance. Le corps doit se traduire par un ensemble harmonieux et puissant. La poitrine, qui doit descendre jusqu’au coudes, et les côtes bien cintrées, offrent de la place pour le développement du cœur et des poumons. Il s’agit d’un défaut quand la poitrine est trop descendue. Quand un Australian Cattle Dog talonne un bovin il va mordre le jarret et puis s’écraser au sol, pour éviter un coup de pied. Un chien avec trop de poitrine risque de se faire blesser trop facilement.
 
Corps Bouvier australien
 
Queue

 
L’attache de la queue est modérément basse, épousant les contours de la croupe inclinée. Sa longueur lui permet d’atteindre approximativement le jarret. Au repos, elle pend en formant une très légère courbe. En action, ou quand le chien est excité, elle peut être relevée, mais en aucun cas une partie quelconque de la queue ne doit couper la verticale passant par son attache. La queue doit porter un poil abondant (brosse).
 
La queue est une sorte de gouvernail permettant au chien de s’équilibrer en mouvement. Si la queue peut être dressée quand le chien est en mouvement ou quand le chien est excité, elle ne devrait jamais dépasser la ligne verticale imaginaire au niveau de son attache. La queue devrait être en harmonie avec le corps et ne pas ressembler à quelque chose qu’on vient d’accrocher. Sa longueur lui permet d’atteindre le jarret avec un poil abondant (brosse) et une très légère courbe.
Quand la queue est trop longue ou manque des poils, elle a tendance à rebiquer, ce qui est incorrect.

 
Allures
L’allure est franche, dégagée, souple et facile. Le mouvement des épaules et des membres antérieurs est en harmonie avec la poussée puissante des postérieurs. Il faut absolument que l’action puisse être rapide et soudaine. Il est de première importance que le chien soit sain de constitution ; la démarche raide, l’épaule chargée ou mal attachée, l’épaule droite, la faiblesse dans le coude, le métacarpe ou le pied, l’angle du grasset trop ouvert, les jarrets de vache ou le jarret arqué doivent être considérés comme des défauts graves. Au trot, les pieds ont tendance à se rapprocher au niveau du sol, à mesure que la vitesse augmente, mais quand le chien s’immobilise, il doit être d’aplomb des quatre membres.
 
Seul un Australian Cattle Dog bien construit se déplace selon la manière décrite. Le mouvement permet d’évaluer la santé du chien. Un mouvement correct est déterminé par une structure conforme au standard. Si la structure est hors standard, les défauts qui ne sont pas apparents quand le chien est en statique seront révélés. Il arrive que l’Australian Cattle Dog doive travailler pendant de très longues heures et parcourir de longues distances, il doit ainsi pouvoir se déplacer avec facilité et un minimum d’effort.
 
Poil
Le poil est lisse, double, avec un sous poil court et dense. Le poil de couverture est serré, chaque poil étant droit, dur et couché à plat, de sorte qu’il est imperméable. Sous le corps, jusqu’à l’arrière des membres, le poil est plus long et forme près des cuisses une sorte de culotte, sans excès. Sur la tête (y compris l’intérieur des oreilles) et la partie antérieure des membres et des pieds, le poil est court. Sur l’encolure, il est plus long et épais. Le poil trop long ou trop court est un défaut. En moyenne, le poil sur le corps doit avoir entre 2,5 cm et 4 cm de longueur.
 
L’Australian Cattle Dog travaille quelque soit le temps. Son poil double résiste incroyablement bien à la pluie et aux températures extrêmes. Comme son poil est court et lisse, il n’attrape pas la végétation. Près du corps, dur et plat, le poil le protège également contre les éraflures et des coupures quand il travaille dans la brousse. Le poil est raide. Un poil frisé ou qui ondule n’est pas typique de la race et doit être découragé.
 
Couleur
 
Bleus : La couleur doit être bleue, bleu marbré ou bleu moucheté avec ou sans marques. Les marques admises sont les taches noires, bleues ou feu sur la tête, de préférence également réparties. Les antérieurs sont de couleur feu jusqu’à mi-hauteur, la couleur feu s’étendant sur le devant jusqu’au poitrail et la gorge, avec des taches feu sur le museau. Couleur feu à l’intérieur des membres postérieurs et à l’intérieur des cuisses, apparaissant sur le devant du grasset et s’élargissant vers l’extérieur des membres postérieurs du jarret aux doigts. On admet un sous-poil fauve sur le corps pourvu qu’il n’apparaisse pas à travers le poil de couverture bleu. Les marques noires sur le corps ne sont pas souhaitables.
 
Truités de rouge : La couleur doit consister en de petites taches rouges également réparties de toutes parts, y compris le sous-poil qui n’est ni blanc ni crème, avec ou sans marques d’un rouge plus foncé sur la tête. Les taches également réparties sur la tête sont souhaitables.
Les marques sur le corps sont admises mais ne sont pas recherchées.
 
Le standard spécifie clairement les couleurs de la race. La couleur de base chez les chiens «bleus» est le noir. La couleur de base des chiens rouges truités est le rouge. Si le blanc n’est pas mentionné par le standard, la couleur bleue est produite par un mélange entre les poils noirs et blancs. Le pourcentage de poils blancs détermine l’effet plus ou moins bleu foncé ou clair du chien. Quand le pourcentage de poils blancs donne l’impression que le chien est presque blanc, ou tellement peu nombreux que le chien apparaît noir, la couleur est considérée comme indésirable.
 
La répartition du feu chez les chiens bleus est clairement indiquée par le standard. Le feu peut varier de très pâle à une couleur très foncée. Une couleur foncée est préférable.
Un sous-poil feu est autorisé au niveau du corps à partir du moment où il n’apparait pas à travers la robe bleue extérieure.

 
La plupart des Australian Cattle Dogs ont une étoile ou une rayure blanche sur le front de la tête, néanmoins l’absence des cette caractéristique ne devrait pas être pénalisée.
 
Le pourcentage de poils blancs sur la queue, doit être en harmonie avec la robe du chien. Une queue entièrement blanche n’est pas correcte. Si les taches sur le corps sont indésirables, un beau chien ne doit pas être pénalisé face un chien qui serait inférieur en termes de confirmation. La couleur est moins importante que la typicité morphologique.
Les juges devraient toujours garder à l’esprit la raison pour laquelle la race a été conçue.

 
Les chiots Australian Cattle Dogs naissent blancs avec uniquement leurs coquards/masques ou taches sur le corps. La couleur commence à apparaître vers trois semaines et continue à se développer jusqu’à six semaines. La couleur peut continuer à évoluer jusqu’à maturité. En général elle devient plus foncée avec l’âge.
 
L’une des raisons pour laquelle le standard indique qu’un chien rouge doit être truité c’est qu’un chien uniforme peut être confondu avec un dingo. Comme ce dernier est détesté par les agriculteurs, l’aspect truité, permet d’éviter que les chiens rouges soient abattus par erreur.
 
Taille (adultes)

Hauteur au garrot pour les mâles :   de 46 à 51 cm
  "        "         "      pour les femelles :   de 43 à 48 cm
 

Le standard spécifie clairement la taille au garrot pour les mâles et les femelles.
Etant donnée la fourchette large, les chiens en dehors de celle-ci devraient être pénalisés,
toutefois confirmables
, à l'appréciation des juges.
 
Poids (adultes)


Mâles : 20 à 25 kg         Femelles : 18 à 22 kg

Défauts
Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.
N.B : Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.


L’évaluation du Bouvier Australien
 
Comme toutes les races de chiens de travail, il y a certaines caractéristiques de base par rapport au Bouvier Australien que les juges doivent garder à l’esprit à tout moment. En particulier ils doivent bien le distinguer du Kelpie.
 
Il s’agit d’un chien de travail robuste et résistant avec plus de puissance et d’endurance que toute autre race de sa taille. Bien qu’il soit proche du Kelpie, il a bien plus d’ossature et davantage de consistance.
 
En recherchant le correct type, les juges devraient faire attention de ne pas se laisser tromper par des chiens engraissés afin de donner une impression de substance. Le standard évoque un chien musclé en bonne condition physique, capable d’agir rapidement. Des chiens en surpoids, qui se déplacent avec difficulté, devraient être pénalisés.
 
Bien que ce chien soit connu pour sa puissance et son agressivité (au moment propice), les juges ne devraient pas tolérer un comportement peu fiable dans le ring d’exposition. Si le chien a l’intelligence et le tempérament recherché, il devrait accepter de se faire contrôler par son handler et être malléable pendant toute la durée du jugement.
 
Le type de tête caractérise la race et doit clairement refléter l’intelligence du chien et sa capacité à déplacer des bovins avec la puissance de sa mâchoire. C’est cette capacité à mordre qui lui permet d’affronter un animal têtu. L’expression peut seulement être décrite comme dur et fort avec un regard qui indique aux étrangers qu’ils feraient mieux de se méfier. Plus que tout autre trait, celui-ci rappelle ses origines de Dingo.
 
Un juge qui souhaiterait améliorer ses connaissances concernant la race devrait bien comparer ses oreilles avec celles d’autres chiens du groupe 1, dont les Bergers Allemands, les Corgis et les Kelpies. On retrouve des points en commun mais il y a des différences importantes qu’un juge devrait pourvoir reconnaître. On tombe parfois sur des oreilles molles mais celles-ci sont souvent trop larges.
N’oubliez pas que le standard parle de taille modérée, voire petite.
 
La poitrine est modérément large avec des côtes bien cintrées, se traduisant par une morphologie plus arrondie que chez le Kelpie. Avec ses forts membres antérieurs et ses côtes développées vers l’arrière, il devrait apparaître compact et musclé.
 
Si les métacarpes doivent être légèrement fléchis, en général l’os se prolonge jusqu’aux pieds, qui sont compacts et forts.
 
La couleur du Bouvier Australien est importante et clairement détaillée dans le standard. Il y a une expression galvaudée – « Un bon chien ne peut pas être une mauvaise couleur » mais celle-ci devient insupportable à notre époque de standards de race bien établis. Notez que les couleurs sont bleue, bleue truitée ou bleue marbrée et rouge truité. Les chiens noirs ne sont pas acceptables et les tâches noires sur le corps sont indésirables.
 
Enfin, quand il faut choisir entre deux chiens, il suffit de les faire bouger une fois de plus autour du ring afin d’identifier celui qui est plus adapté au travail sur troupeau. Le chien le mieux équipé pour déplacer des bovins dans des conditions australiennes devrait être le gagnant.